Mots doux du vendredi #1

Au vendredi les mots doux et les jolies choses. Pour entrer dans le repos du week-end doucement et trouver l’inspiration. Voici quelques pensées et réflexions qui m’habitent aujourd’hui. Bonne lecture!

La pluie

Le ciel gris qui nous accompagne depuis quelques jours me rend étrangement joyeuse. Il me rappelle l’étonnement mêlé d’euphorie lorsque nous avons redécouvert le soleil il y a quelques semaines. La douce présence de ce dernier lorsqu’il nous réchauffe le dos lors d’une séance de tricot/lecture en terrasse m’avait manqué. Et pourtant, c’est toujours un renouvellement heureux lorsque le temps change. Comme si trop de soleil m’avait fait manquer la fraîcheur de la pluie.

Balades en forêt

Avec la pluie, ne s’arrêtent pas les balades en forêt.

Depuis mon arrivée en Ardennes, il pleut, enfin jusqu’il y a quelques semaines. Les jours de pluie ne nous ont jamais empêchés de sortir et d’aller prendre l’air dans la forêt abondante autour de chez nous.

Le soleil permanent de ce dernier mois m’a fait oublié comme j’aimais me balader sous la pluie. Comme une bataille avec soi-même durant les premières 15 minutes, combat contre la pluie elle-même parce qu’on ne souhaite pas être mouillé. Combat rude qui permet un lâcher prise délicieux. On accepte les gouttes sur son visage et on peut devenir attentif et présent aux sensations de l’eau sur la peau et dans les cheveux.

Loin des clichés de balades ensoleillées, j’ai fini par aimé ces sorties sous la pluie. Parce qu’elles sont atypiques et  qu’elles me permettent de vivre l’expérience de l’instant présent et du lâcher prise. On se rend compte que les nuances de gris rendent les paysages naturels beaux et délicats. Aussi, elles permettent le réconfort lorsque l’on rentre se mettre au chaud et à l’abri. Lorsque, bien installer dans son canapé, on entend la pluie qui tombe sur la vitre.

Le potager et les plantes d'extérieur

Celui qui s’occupe d’un potager me comprend. Celui qui a déjà semé quelques graines aussi. Comme lorsque que nous étions à l’école et que nous faisions pousser des haricots sur de l’ouate au cours de sciences.

J’ai semé au début du mois dernier les légumes de mon futur potager.

Tous les jours je m’arrête un instant pour admirer la vie qui arrive. Regroupés devant la fenêtre, protégé et exposé à la lumière, les pousses sortent vite de sous la terre et tournent immédiatement toutes leurs feuilles, aussi petites soient-elles, vers le soleil.

C’est pour moi une grande source de joie. Elles seront bientôt assez grandes (je parle comme si elles étaient mes bébés) que pour aller dans le jardin.

J’ai appris récemment que les plantes avaient en grande partie besoin, pour se nourrir, de lumière. J’ai trouvé cela joli: il n’y a que la lumière qui peut les faire grandir, elles se tournent vers elles et boivent sa clarté.

Pour ce qui est de plantes d’extérieur, tout mon attention et mon odorat est porté exclusivement sur le bosquet de lilas qui se trouve devant la fenêtre de mon bureau. Les jours de beau temps, j’ouvre la fenêtre et j’ai alors le privilège de sentir aussi son odeur.

Je plonge évidemment mon nez dedans dès que l’occasion se présente. Et il est aussi l’objet de peinture à l’eau à mes heures.

Crochet et tricot

J’ai toujours eu envie de crocheter. Mais j’avais l’impression, quand quelqu’un me montrait comment faire, qu’il fallait faire aller ses doigts dans tous les sens, faire plein de tour comme des nœuds, et puis arriver à un résultat canon comme par magie. Je me suis laissée impressionnée plus ou moins 10 ans par cette pensée et puis il y a quelques jours, j’ai décidé de la vaincre et de suivre ce tuto et de commencer un petit carré en crochet. Et… VICTORE! Je crois que j’ai compris. 

Je trouve les points qu’on peut faire en crochet hyper jolis! Cela me donne plein d’idées et l’envie de créer plein de choses!

En tricot, j’ai commencé un gilet court d’été, en points ajourés. Je ne sais pas pour quoi, mais comme les torsades, le point ajouré me donne envie de tricoter. Parce qu’on voit qu’on avance, je trouve cela vite gratifiant.

Tricoté en laine turquoise, le fil est un mélange de laine et de coton, de l’atelier-53 à Namur = mercerie préférée de tout les temps.

Pour finir

J’ai terminé ce petit gilet en laine rose pâle pour une petite fille qui va arriver au mois de mai.

Tricoté en point jersey sur le bas et point de riz sur le haut et les manches. Les devants et les manches sont parcourues d’une petite torsade. Un petit col termine joliment l’encolure du gilet. J’ai tricoté une taille 6 mois qui me paraît bien petit. Mais je le trouve mignon tout de même.

Voici pour ce qui est des mots doux pour ce vendredi.

J’espère que cet article aura plu, donné l’inspiration ou réconforté celui qui n’aime pas les jours de pluie!

Beau week-end,

Marie